APPROCHE DU COLEACP

10 PRINCIPES D’INTERVENTION

Appropriation locale

Pas de substitution aux acteurs locaux

Investissement dans l’expertise et les ressources humaines locales

Mise en commun des problèmes et solutions / Economies d’échelle

Intervention basée sur la demande / Partage des coûts

Approche participative

Coopération Sud-Sud

L’export comme facteur de modernisation

Relation structurée entre les opérateurs locaux de la chaîne de valeur

Accent transversal sur les jeunes et l’égalité des genres

Une approche durable basée sur 3 piliers : charte, formation et auto-évaluation

Ceci offre un cadre simple pour l’amélioration continue, en se concentrant sur l’analyse de cas afin que l’adoption de bonnes pratiques facilite non seulement l’accès au marché, mais aide réellement les fournisseurs à gérer des entreprises plus efficaces, plus rentables et plus résilientes. Ce cadre se compose de trois éléments centraux :

APPROCHE DU COLEACP AU SÉNÉGAL

STRATÉGIE

A travers ses programmes et en accord avec le PSE (Programme Sénégal Emergent), le COLEACP appuie plusieurs filières horticoles au Sénégal:

  • La filière mangue avec un focus notamment sur :
    • Les problèmes phytosanitaires, à savoir les problématiques de la mouche des fruits et de l’anthracnose,
    • La gestion et la valorisation des déchets
  • Les filières des fruits et légumes de contre-saison, principalement à destination des marchés internationaux et régionaux,
  • Sur le marché local, les filières oignon, fraise et banane sont appuyées principalement via des actions collectives.

Les actions envisagées par le COLEACP au sein de la filière horticole sont organisées soit de manière transversale (en cas de gestion de crise SPS par exemple) ou de manière individuelle (exemple : accompagnement des entreprises dans l’amélioration de leur compétitivité). Le volume des activités d’appui dépend du nombre de demandes émanant des parties prenantes de la filière horticole sénégalaise.

Actuellement, 38 protocoles d’entente ont été signés avec des structures sénégalaises dont 25 entreprises de production, 7 prestataires de service, un service de vulgarisation, une université ainsi que l’autorité compétente. Plusieurs demandes d’appui sont en analyse dont celle de la FOS (Fondation Origine Sénégal – organisation professionnelle horticole).

Depuis mars 2020, et en raison de la pandémie COVID-19, le COLEACP a adapté son modus operandi et s’est organisé pour continuer à travailler tout en intégrant au quotidien les recommandations liées à l’évolution de la pandémie dans les différentes régions du monde. La sécurité des experts membres du réseau, ainsi que du personnel des membres et partenaires est la priorité du COLEACP.

Des ajustements ont donc été nécessaires au niveau des activités sur le terrain pour respecter les mesures de précaution liées au COVID-19.
Cela n’impacte pas directement les grands axes de la stratégie dans le pays mais justifie une adaptation des appuis, l’utilisation accrue des outils de vision conférence, et dans la mesure du possible, une digitalisation accélérée des activités de conseil et de formation.

PROGRAMMES

FFM et FFM-SPS

Les programmes FFM et FFM-SPS concentrent leurs efforts sur le renforcement des compétences des acteurs des filières horticoles :
Cibles : entreprises de production, organisations professionnelles/interprofessions, consultants nationaux, structures d’encadrement, services publics et les centres de formation.
Thèmes : les nouvelles thématiques de la production durable et les techniques de production innovantes. La plupart des opérateurs gèrent les aspects « qualité sanitaire » de la production et souhaitent développer les autres aspects de la durabilité (par exemple la gestion des déchets et la maitrise de l’eau); les aspects « gestion d’entreprise » et intégration des producteurs dans les chaines de valeurs sont également abordés.
Modalités : formations sur site, formations collectives, formations de formateurs, coaching. L’accent est mis sur les formations pratiques.

En outre, suite à l’entrée en vigueur de la nouvelle règlementation européenne sur la santé des plantes en décembre 2019, le Sénégal s’est préparé à répondre de manière efficace à ces nouvelles exigences. Les principales filières concernées sont la mangue et le capsicum, filières pour lesquelles des organismes de quarantaine sont présents au Sénégal (la mouche des fruits et le faux carpocapse). Dans ce contexte, le COLEACP a démarré début 2019 :

  • Un appui à la DPV pour :
    • L’évaluation des risques
    • Les procédures d’enregistrement et de catégorisation des opérateurs et la régulation des dates d’ouverture et de fermeture de campagne.
    • La revue des procédures d’inspection et de certification phytosanitaire
    • La revue du plan d’échantillonnage
    • L’Elaboration d’un dossier mangue pour l’UE
    • L’Elaboration d’un dossier capsicum pour l’UE
    • Le renforcement du dialogue public-privé
    • Le suivi du plan de surveillance
    • La mise en place s’un système d’audit interne
    • La sensibilisation sur la nouvelle règlementation EU en matière de santé des plantes ;
  • Un appui à l’ANCAR pour former ses agents de terrain dans le but de sensibiliser un maximum de producteurs à la problématique et à la gestion de la mouche des fruits. 40 vulgarisateurs ont été formé avant la campagne 2019.
  • Un appui au secteur privé pour le contrôle et la gestion de la mouche des fruits via principalement des formations collectives.
  • En lien avec la crise sanitaire, un appui spécifique a été organisé en 2020 pour deux universités du pays, l’UCAD et l’université Gaston Berger, dans le but de former les professeurs à l’utilisation des outils numériques, au développement de cours en ligne et à la transposition de cours en présentiel en cours à distance.

Enfin, les producteurs font face à des problèmes de disponibilité de produits phytosanitaires homologués au Sénégal. Cette problématique, ainsi que d’autres sont traitées au niveau régional. C’est le cas par exemple de :

  • La recherche sur de nouvelles méthodes de lutte
  • L’homologation de nouveaux produits de protection des plantes
  • La surveillance
  • La réalisation d’analyse de risques
  • La défense des intérêts des opérateurs et des acteurs de la filière en général

PLMF

Dans le contexte de la problématique phytosanitaire que représente la mouche des fruits pour la filière mangue, le COLEACP a collaboré dans le passé avec le projet régional CEDEAO (PLMF) qui s’est achevé au mois d’août 2019. Entre la fin de ce projet (août 2019) et le démarrage du nouveau projet (SyRIMAO), un appui technique a été  apporté par le COLEACP / FFM-SPS afin d’aider notamment le Sénégal à dimensionner et à maintenir son système de surveillance national.  En effet, la surveillance est un élément clé de la stratégie de contrôle de la mouche des fruits.

Dans le cadre de son Protocole d’entente avec la CEDEAO, le COLEACP identifiera des pistes de collaboration, y compris   avec le nouveau projet SyRIMAO, dans le cadre de la surveillance nationale et régionale notamment.

PARTENARIATS

Au Sénégal, le COLEACP s’appuie sur un relais national, Mme Wédji FALL, pour le suivi et la mise en œuvre des activités prévues par l’association et ses programmes d’assistance technique.

Le COLEACP est en contact régulier avec les principaux acteurs du développement au Sénégal. Des rencontres ont été organisées avec le projet PDIDAS de la banque mondiale, le CBI, ENABEL, le CIR, l’UNIDO, l’AFD et IFC.

Un partenariat plus concret a démarré avec IFC, qui appuie également la structuration de la filière mangue et plus particulièrement le dialogue public-privé. Le plan d’action signé avec la DPV inclut des activités de communication financées par IFC.En outre, le COLEACP et IFC ont également collaboré en 2020 pour la mise en ligne d’un guide de bonnes pratiques COVID pour le secteur horticole.

Des discussions sont en finalisation avec l’UNIDO pour la mise en œuvre de certaines activités de renforcement des capacités des acteurs horticoles situés en Casamance.

Enfin, au niveau du marché local, le COLEACP est en contact avec plusieurs acteurs de la grande distribution et de l’hôtellerie qui développent leurs activités en Afrique de l’ouest et plus particulièrement au Sénégal. Cette collaboration se concentre actuellement sur la mise en réseau de fournisseurs et d’acheteurs et devrait s’étendre à l’appui technique des fournisseurs afin qu’ils puissent répondre au cahier des charges de leurs nouveaux clients.

Translate »